Carnet d’artiste

« Enfin, un carnet d’artiste… » Je vous livrerai ce que je vais écrire dans ce carnet, alternant, réflexions et aquarelles au gré de mes états d’âme. Cette âme d’artiste restée suspendue depuis maintenant 4 ans. Il est temps, bien temps de lui redonner toute sa place.

Désormais, c’est dans mon atelier/galerie à Sare, que vous découvrez ces derniers jours, que je vais disposer de tout l’espace nécessaire à mes diverses approches créatives, écriture, peinture, photos, vidéos, en toute tranquillité; une tranquillité à peine perturbée par les visites bienvenues des Saratar, habitants du village, des touristes, des Basques d’adoption installés désormais ici, des enfants, des plus petits et des plus grands, pour regarder, interroger, en silence ou en interaction, ou encore participer aux ateliers d’expression artistique que je mets en place.

« Enfin, un carnet d’artiste. C’est ce que m’avait suggéré de faire un critique d’Art que j’avais  convié chez moi afin qu’il pose son regard sur mon oeuvre picturale. Il en avait dit qu’ « il n’y avait pas de gras », autrement dit, rien à y soustraire, rien à y ajouter. Et puis,  que j’avais un atout essentiel: j’avais mon « propre univers ». Cet univers, je m’en suis éloignée pendant quatre années afin d’avoir un métier alimentaire, dans l’enseignement, en l’occurrence; pas l’enseignement de l’Art, non, l’enseignement des Lettres. Mon univers, ma planète m’ont manqué. L’atmosphère de la planète Terre n’est pas la mienne. Ma planète, c’est Téoua.

Teoua, que je transcris, Téoua, mot d’origine tibétaine, dont je ne garderai que le sens qui me correspond et permet d’identifier mon univers : Félicité.

Maintenant que je me suis installée à la campagne, je respire mieux à nouveau. Dans un environnement bucolique; le bucolisme resté gravé dans mon esprit depuis ce temps où j’avais découvert Virgile en peinant pourtant sur ses textes dans mes devoirs et contrôles en version et thème, en Latin lorsque j’étais adolescente et jeune fille. Bucoliques, ainsi avais-je aussi ressenti les textes de Rousseau qui me permirent à la même époque de comprendre, que regarder, écouter, enfin, contempler la Nature étaient, et sont encore aujourd’hui des postures essentielles pour survivre sur la Terre au milieu des Humains. Ainsi en lisant leurs oeuvres, je sus comme il était bon et doux de savoir que je n’étais pas, ou plus seule, à trouver ces sensations vitales. (à suivre…)

3 Replies to “Carnet d’artiste”

    1. Bonjour, Merci beaucoup pour ce lien qui m’aide à mieux connaître « Monsieur Woulfart » comme nous l’appelions dans la famille; j’avais fait des recherches et j’avais ainsi trouvé sur Internet une galerie située à Montmartre, la galerie Roussard, qui semblait avoir encore quelques oeuvres de lui; et c’est dans la biographie que j’avais obtenu quelques informations, dont, son origine russe, mais pas plus. Pour moi, il était l’artiste peintre, ami de ma grand-mère, lui et son épouse venaient jouer à des parties de carte chez elle, en passant donc par ce petit portail. Je ne sais pas si j’arrive à exprimer ce que l’intensité de son regard m’a transmis. J’ai su par un cousin qu’il avait été interné en psychiatrie à la fin de sa vie?? Cela m’avait fait énormément de peine. Confirmez-vous cette information ? En savez-vous plus ?Tous les liens avaient été rompus avec la famille du compagnon de ma grand-mère, qui lui, était resté vivre dans cette fameuse maison cannoise; nous nous y sommes rendus quelques fois encore; mais curieusement, je n’ai plus alors de souvenirs de Monsieur Woulfart; était-il déjà parti de sa maison ? Je suis en tout cas très touchée par ces informations sur sa biographie. Je ne sais même pas s’il avait des enfants, ce qu’est devenue son épouse? Etes-vous de sa famille? Nous avons un certain nombre d’oeuvres de lui, essentiellement les portraits de la famille. Merci encore. Bonne journée. Au plaisir. Téoua

      J'aime

      1. Merci pour votre réponse. Sur Marius et son frère, pas d’informations supplémentaires.
        Pour Max et Eugénie, leurs parents, nous tentons de retracer les persécutions subies et il nous manque des éléments entre leur départ de la Loire-Inférieure de l’époque et la fin de la guerre. Et nous n’avons pas leur photo.
        Quant à Max, le portrait d’Einstein a été redécouvert à l’Académie des Sciences.
        Merci beaucoup pour les éléments apportés qui témoignent d’un profond attachement à Marius.
        Cdt

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s